Building Haiti

Back to all blogs
1

PDM-H facilitated the Grameen Creative Labs to create social businesses in Haïti! PDM-H a aidé la Grameen Creative Labs à créer des entreprises sociales en Haïti !

 

Wednesday 14th April, The Grameen Creative Labs team (Karl Strempel and Saskia Bruysten) and the PDM-H team (Marlène Otis-Country Director, Ipena Lucien- and Anne Merametdjian-Marketing Director) went to visit the supplier Jardins Hydroponiques d’Haïti in Kenscoff.

Saskia and Karl with the owner of the JHH,  Mr BenoitThe aim was to visit this supplier, exchange information, and explore opportunities for an eventual collaboration between Grameen Creative Labs and the supplier as a social business (1). 

Jardins Hydroponiques d’Haïti (JHH) is a supplier registered in the database of PDM-H since February 2010.

The plantation started 17 years ago, and is now currently composed of an area of 224m2 on the roof top and around 7000 m2 in the property made of salads, tomatoes, strawberries and aromatic herbs.

Hydroponic cultures grow from a ground substitute made of natural sponge filled in plastic pipes. JHH has already a sustainable approach, as the rain is collected in tanks and reused for watering the plants. All the water (including the water already mixed with nutrients) is recycled and constantly checked for the best nutrients mix. 

The products of JHH are available in all the supermarkets in Port au Prince: Eagle market, Royal Market, Big Star etc….

 

The products are already a high quality finish products.

  

  

  

 

  The Grameen Creative Lab (GCL) is a Joint Venture created in 2008 between the Yunus Centre in Bangladesh (founded by Nobel Peace Prize Laureate Muhammad Yunus ) and Hans Reitz, founder and creative director of GCL in Germany. Their shared vision is the eradication of poverty – globally. The GCL is designed to accelerate and spread the spirit of Grameen social business under the principles of Prof. Yunus through three main activities.

 1) It interacts with the interested community through books, articles, and events on social business.

 2) It incubates social business ideas through brainstorming labs, academic research and social business experiments.

 3) It creates social businesses by advising companies on how to set-up social business joint ventures with Grameen in Bangladesh or elsewhere and supporting social business investors in their search for suitable investment opportunities.

 Everything started when Anne Merametdjian went to the Conference of Entrepreneurs in Paris in February 2010, and gave her business card to Pr Yunus himself. Then the contact was done, and the GCL contacted PDM-H team for a first meeting with their representative Karl Strempel.

PDM-H did help the Grameen Creative Labs to identify opportunities for social business in Haïti.

Peace Dividend Trust, who recently received the 2010 Skoll Award for Social Entrepreneurship from the Skoll Fundation, is also very concerned by the social impact of its mission.

 (1)    What is exactly a social business?

A social business is a normal business which wants to respond to a social problem.Its goal is first achieve a social goal (e g: fight against malnutrition, improve health conditions of the population) in being enough profitable to sustain the activities.The business pays back only its original investment and reinvests its profits in innovations or further growth that advance its social goals. Although the social business is pioneering in its aims, it is traditional in its management. Its workforce is professional and does not rely on volunteers.

In every sense, the social business is sustainable: in its direct environmental impact, in its impact down the value chain, and critically, in its financial independence.

This is a key difference between social business and charity. Once its initial investment is repaid, the social business is financially self-sustaining, giving it the independence and security to focus its efforts on the long-term improvement of the lives of the poorest.Thus the social business is a new type of enterprise. The “social business entrepreneur”.(SBE) is a new type of entrepreneur. They are totally committed to making a difference to the world. They are social-objective driven. They want to give a better chance in life to other people. And they want to achieve this objective through creating and supporting sustainable business enterprises.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

PDM-H a aidé la Grameen Creative Labs à créer des entreprises sociales en Haïti !

  Mercredi 14 Avril, l’équipe de la Grameen Creative Labs (Karl Strempel et Saskia Bruysten) et l’équipe de PDM-H (Marlène Otis- Directrice Pays, Ipena Lucien-Officier de Passation de Marché, et Anne Merametdjian-Directrice Marketing) ont été visité le fournisseur Jardin Hydroponique d’Haïti (JHH) à Kenscoff.

L’objectif était de visiter le fournisseur, d’échanger des informations et d’explorer les opportunités pour une éventuelle collaboration entre la Grameen Creative Labs et le fournisseur en tant que business social.

Jardins Hydroponiques d’Haïti (JHH) est un fournisseur enregistré dans la base de données de PDM-H depuis février 2010.

L’exploitation a commencé il y a 17 ans, et est maintenant composée de 224 mètres carrés sur le toit et d’environ 7000 mètres carrés dans la propriété  qui comprend des salades, des tomates, des fraises et des herbes aromatiques.La culture hydroponique pousse hors sol dans un  substitut fait d’éponge naturelle, le tout étant mis dans des tuyaux en plastique. JHH a déjà une démarche environnementale durable, car la pluie est récupérée et réutilisée pour arroser les plantations. Toute l’eau  est recyclée (y compris l’eau qui est déjà  mélangée avec les engrais) et les taux des engrais sont constamment vérifiés  pour un meilleur rapport d’efficacité.

Les produits de JHH sont disponibles dans tous les supermarchés  de Port au Prince : Eagle market, Royal Market, Big Star etc….

Les produits finis sont déjà de qualité supérieure.

La Grameen Creative Lab (GCL) est une joint venture créée en 2008 entre le Centre Yunus au Bangladesh (fondé par le prix nobel de la paix Muhammad Yunus) et Hans Reitz, fondateur et directeur exécutif du CGL en Allemagne. Leur vision commune est, en quelques mots, l’éradication de la pauvreté. Le CGL est créé pour accélérer et diffuser l’esprit de l’entreprise sociale Grameen selon les principes du Professeur Yunus à travers ces trois principales activités.

1)      Elle interagit avec les parties intéressées a travers des livres, articles, événements sur les entreprises sociales

2)      Elle incube les projets d’entreprises sociales à travers le Laboratoire de brainstorming, les recherches académiques et  les essais d’entreprises sociales

3)      Elle crée des entreprises sociales en conseillant les entreprises comment monter des joints venture d’entreprises sociales avec la Grameen au Bangladesh ou ailleurs, et supporte les investisseurs d’entreprises sociales dans leur recherche d’opportunités d’investissement convenables.

 Tout a commencé quand Anne Merametdjian est allée à la Conférence des Entrepreneurs à Paris en Février 2010 et a donné sa carte de visite au Professeur Yunus en personne. Le contact était alors créé, et la GCL a contacté l’équipe PDM-H pour un premier rendez vous avec leur représentant Karl Strempel en Haïti. PDM-H a aidé la Grameen Creative Lab à identifier des opportunités d’entreprises sociales en Haïti.

Peace Dividend Trust, qui récemment a reçu le prix Skoll Award de l’entreprenariat social 2010 de la Fondation Skoll, est aussi très impliqué dans l’impact social de sa mission.

 (1)    Une entreprise sociale…c’est quoi exactement?

Une entreprise sociale est une entreprise normale  mais qui répond  à un problème social. Le but est de répondre à un but social (par exemple lutter contre la malnutrition, améliorer les conditions de santé  de la population) tout en étant  suffisamment rentable pour subvenir à ses activités. 

L’entreprise rembourse seulement l’investissement de départ  et réinvestit ses bénéfices  dans les innovations ou les avancées qui  améliorent son but social. Bien que l’entreprise sociale soit  pionnière dans son objectif, elle est traditionnelle dans son management. Ses employés sont payés normalement comme dans toutes les entreprises privées. Elle ne fonctionne pas avec des bénévoles.De tous les côtés, l’entreprise sociale est durable dans son environnement, dans son impact sur la chaine de valeur ajoutée et dans son indépendance financière.

C’est là une différence clé entre une entreprise sociale et une œuvre charitable. Dès que l’investissement initial est remboursé, l’entreprise sociale est indépendante financièrement, se donnant ainsi  suffisamment d’indépendance et de sécurité pour se concentrer sur l’amélioration de la vie des pauvres à long terme. Ainsi l’entreprise  sociale est un nouveau type d’entreprise. L’entrepreneur d’une entreprise sociale est un nouveau type d’entrepreneur. Il est complètement investi à faire une différence dans la monde. Il est orienté sur un objectif social. Il veut donner une meilleure chance dans la vie aux autres. Et il veut enfin réussir cela en en créant  et soutenant durablement les entreprises sociales.

Tags , , , , ,

1 Comment

  1. Patrick Paul says:

    J’aimerais savoir comment pourrais je intégrer la gramenn creative lab en Haiti

Leave a Comment


Rss Feed Tweeter button Facebook button