Building Haiti

Back to all blogs
0

Bringing Business to a Sewing Cooperative / Apport d’affaires à une Coopérative de Couture

Not every contract facilitated by Peace Dividend Marketplace-Haiti posts big numbers. But sometimes even a small transaction can benefit those who need it most.

Such has been the case with a series of small contracts facilitated by PDM-H for the National Institute for the Development of the Sewing Industry (INDEPCO), a  nationwide network of 800 small businesses in Haiti that produce clothing and other sewn goods.  Founded in 1992, the nonprofit organization pools orders and buys materials in bulk in order to achieve economies of scale for its member businesses, most of which have fewer than 10 employees.

Over the years INDEPCO members have produced everything from school uniforms and backpacks to Digicel aprons. But some of the more modest orders can nevertheless be the lifeblood for a small firm.

For example, a recent contract, facilitated for INDEPCO through PDM-H, came from Giant Market in Petionville, which placed an order of only a few thousand dollars order for re-usable shopping bags.  The screen printing for the bags has been subcontracted to Wilson Calixte, a respected screen artist whose member business is so small it doesn’t have a name and employs only four people.

A father of six, Calixte has depended on the steady flow of such orders from INDEPCO for 14 years, especially since his small home and workshop were destroyed in the 2010 earthquake. He is pictured above  showing some of his recent work.

“He has the know-how,” INDEPCO Executive Director Hans Garoute says of Calixte. “He knows the technique and he does it manually piece by piece.”

The 61-year old Calixte, soft-spoken but proud as he shows us his work, says only that his primary focus is always on quality, which explains why his hand-designed and elegant logos and calligraphy grace sewn products for clients ranging from USAID to schools, churches, and even a gas station.

Calixte is one of 6,000 Haitians who own or are employed by INDEPCO member firms. And although the co-op has received help from a number of organizations to rebuild its plant after the earthquake and to finance its training programs, Executive Director Garoute particularly values PDM-H because ultimately the success of INDEPCO depends on bringing in more business.

“We need enough profit so that these programs can become sustainable,” he explained. “Ultimately, to have an impact, we need orders.”//

Apport d’affaires à une Coopérative de Couture

Il n’est pas donné à tous les contrats facilités par la Peace Dividend Marketplace-Haïti d’afficher de gros chiffres. Mais, parfois même une petite transaction peut avoir un impact positif pour  ceux qui en ont le plus besoin.

Tel a été le cas avec une série de petits contrats facilités par PDM-H pour l’Institut National pour le Développement de l’Iindustrie de la Couture (INDEPCO), un réseau national de 800 petites entreprises en Haïti produisant des vêtements et autres marchandises cousues. Fondée en 1992, l’organisation à but non lucratif collecte des commandes et achète du matériel en vrac afin de réaliser une économie d’échelle pour ses membres, dont la plupart comptent moins de 10 salariés.

Au fil des ans les membres d’INDEPCO ont produit toute sortes de marchandises cousues allant des uniformes scolaires et sacs à dos, jusqu’ à des tabliers portant le logo de la Digicel. Mais certaines commandes même des plus modestes peuvent néanmoins être l’élément vital pour une petite entreprise.

Par exemple, un contrat récent d’INDEPCO facilité par le biais de PDM-H, provenait de Giant Supermarket à Pétion-Ville,  qui avait placé une commande de seulement quelques milliers de dollars pour des sacs à provision réutilisables. L’impression de ces sacs a été octroyée à Wilson Calixte, un artiste respecté dont l’entreprise membre est si petite, qu’elle n’a aucun nom et n’emploie seulement que quatre personnes.

Père de six enfants, Calixte pendant 14 ans dépendait du flux constant des commandes de INDEPCO, surtout depuis que sa petite maison ainsi que son atelier furent détruits par le séisme de 2010. Sur la photo ci-dessus, il montre certains de ses travaux récents.

« Il possède le savoir-faire », dit le directeur exécutif de INDEPCO, Hans Garoute, parlant de Calixte. « Il connait la technique, et exécute ses travaux manuellement pièce par pièce. »

Calixte, 61 ans, s’exprimant d’une voix effacée mais très fier quand il nous montre son travail, nous dit  que son objectif principal est toujours centré sur la qualité, ce qui explique pourquoi ses logos conçu à la main et l’élégance de sa  calligraphie embellissent les produits cousus pour les clients, tel que la USAID, diverses écoles, des églises et même une station d’essence.

Calixte est l’un des 6000 Haïtiens qui possèdent leur entreprise personnelle ou qui sont employés par des entreprises membres de INDEPCO.  Bien que la coopérative ait reçu l’aide d’un certain nombre d’organisations pour reconstruire les locaux après le tremblement de terre et aussi pour le financement des programmes de formation, le directeur exécutif Garoute apprécie particulièrement la PDM-H, parce que le succès de INDEPCO dépend finalement de leur capacité à attirer beaucoup plus d’affaires.

« Nous devons faire suffisamment de bénéfices pour que ces programmes deviennent durables », explique-t-il. « En fin de compte, pour avoir un impact, nous avons besoin de commandes ».

Valerie Nerette, a 33-year old mother of two, enrolled in INDEPCO training to strengthen her fashion design skills and find a job.// Valerie Nerette, 33 ans et mère de deux enfants, s’est inscrite dans le cours de formation de l’INDEPCO afin de renforcer ses compétences dans la couture et de se trouver un emploi.

 

Tags , ,

Leave a Comment


Rss Feed Tweeter button Facebook button