Building Haiti

Back to all blogs
0

Le secteur de la construction en Haïti commence à ressentir l’effet positif des fonds d’aide

Pour publication immédiate:

Port‑au‑Prince, Haïti, le 23 janvier 2012 Les fonds d’aide circulent enfin en Haïti, et un sondage révolutionnaire sur le secteur critique de la construction au pays constate que les entreprises haïtiennes jouent un rôle important dans les efforts de reconstruction.

« Les entrepreneurs haïtiens sont en mesure de faire concurrence. Et surtout, ils sont les seuls à pouvoir mettre fin au cycle d’aide et de pauvreté », a déclaré Scott Gilmore, directeur exécutif de Peace Dividend Trust, auteur du sondage. Il s’agit de la seule évaluation du secteur de la construction en Haïti à être publiée depuis le tremblement de terre.

Le nombre d’entreprises haïtiennes ayant obtenu des contrats avec des organisations internationales est passé de 25 % à 45 % depuis le séisme. Le sondage a également relevé les pratiques, tant des organisations internationales que des entreprises locales, qui empêchent  l’accroissement de l’approvisionnement local et nuisent à son effet positif sur l’emploi et l’investissement. PDT a questionné plus de 300 compagnies locales et 33 agents d’approvisionnement dans le cadre du sondage, au sujet des procédures d’appel d’offres, des tendances du marché local et des obstacles à la passation de contrats locale.

On estime à 504 millions de dollars les dépenses liées à des projets de construction, ce qui représente le tiers des contributions d’aide pour Haïti depuis janvier 2010. Les fonds d’aide ont atteint le terrain plus rapidement depuis l’établissement du nouveau gouvernement d’Haïti en octobre 2011. On s’attend également à ce que la demande de matériaux et de services de construction demeure forte au cours des prochaines années.

« Haïti, c’est un petit village – les nouvelles  circulent vite, affirme Sasha Blanchet de Général Maintenance, une entreprise haïtienne embauchée par World Vision pour réaliser des projets de construction d’écoles. Après avoir obtenu ce premier contrat, nous détenions le levier nécessaire pour demander et obtenir d’autres contrats. »

Jean Gerard de TEMPO Construction rapporte que son entreprise locale « reçoit des demandes au quotidien » depuis qu’elle a obtenu un contrat de sous-traitance de USAID pour la construction d’un immeuble temporaire du Parlement haïtien afin de remplacer celui qui s’est écroulé pendant le tremblement de terre.

Le sondage de PDT a eu lieu de mai à août 2011 dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Un résumé du rapport et le rapport intégral sont disponibles au http://haiti.buildingmarkets.org/fr/node/10366. Voici les principaux résultats :

  • La plupart des entreprises locales indiquent qu’elles ne sont pas payées à temps, et la plupart des organisations internationales n’offrent pas de paiements anticipés; ce sont tous des facteurs qui pourraient avoir une incidence sur la capacité des entreprises assujetties au crédit de faire des affaires.
  • Les petites entreprises décrochent un moins grand nombre de contrats auprès d’organisations internationales. Les agents d’approvisionnement signalent que ces plus petites entreprises sont plus susceptibles d’avoir de la difficulté de travailler avec les organisations internationales.
  • La plupart des agents d’approvisionnement croient que le marché local ne peut pas livrer un travail technique de grande qualité sans qu’il soit supervisé et encadré, et pourtant, la plupart des entreprises locales sont convaincues qu’elles peuvent accomplir tout travail qu’on leur demande.
  • Bien que les agents d’approvisionnement affirment vouloir répondre aux questions au sujet de leurs processus d’approvisionnement, la plupart des entreprises haïtiennes indiquent qu’elles communiquent peu ou pas du tout avec les organisations internationales avant ou après l’octroi des contrats.

Le sondage comprend des recommandations visant à accroître l’approvisionnement local et ses répercussions. PDT recommande ce qui suit aux organisations internationales:

  • mettre en priorité le paiement rapide des entrepreneurs et offrir des paiements anticipés afin d’atténuer le resserrement du crédit auxquelles sont confrontées les entreprises locales
  • dégrouper les gros contrats afin de permettre aux petites entreprises d’entrer en concurrence
  • faciliter le dépôt de soumissions locales en produisant tous les documents en français
  • prolonger la date limite pour le dépôt des appels d’offres afin d’améliorer la qualité et d’accroître le nombre de soumissions locales.

PDT recommande ce qui suit aux entreprises haïtiennes :

  • fournir, dans les soumissions, des renseignements plus détaillés sur le rendement antérieur, les biens à fournir, les besoins en personnel et la capacité de planification financière;
  • établir un partenariat avec d’autres entreprises afin de réduire les frais généraux et de fournir de meilleurs biens et services propres aux contrats;
  • assurer le suivi des tendances du marché et s’approvisionner en matériaux qui sont en demande;
  • chercher de façon proactive à savoir pourquoi elles n’ont pas décroché un contrat et ainsi assurer le dépôt de meilleures soumissions dans l’avenir.

PDT recommande également aux acheteurs et aux fournisseurs de tirer pleinement parti des services gratuits offerts par l’intermédiaire de Peace Dividend Marketplace – Haïti (PDM-H) jusqu’en juin 2012, grâce au financement obtenu de l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Ces services comprennent un répertoire en ligne des entreprises, des services de liaison, la distribution d’appels d’offres et la formation. Pour de plus amples renseignements sur PDM-H, visitez le http://haiti.buildingmarkets.org/.

 

#

À propos de Peace Dividend Trust

 

 Mission : Établir des marchés, créer des emplois et soutenir la paix dans les pays en développement en parrainant des entrepreneurs locaux et en les reliant à de nouveaux débouchés.

 Vision : Peace Dividend Trust croit que les débouchés sont l’antidote à la pauvreté. Des débouchés sont créés lorsque les entrepreneurs locaux réalisent leur plein potentiel et que leurs entreprises sont viables. Par conséquent, les pays ne dépendent plus de l’aide humanitaire, mais deviennent plutôt des noyaux de l’investissement sur le marché. Peace Dividend Trust fait passer les pays en développement de l’aide financière à l’investissement en appuyant les entrepreneurs locaux, en établissant des marchés et en accélérant la croissance économique.

 

Média – contact: Barbara Saint-Cirin * Téléphone : (509) 3401-1214 * Courriel : saint-cirin@pdtglobal.org

 

Projet réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada accordé par l’entremise de l’Agence canadienne de développement international (ACDI).

 

Tags , ,

Leave a Comment


Rss Feed Tweeter button Facebook button